La Philosophie Touchante

À Mme Biyèmi Brigitte BRYM KEKEH, une véritable Miss.

 

J’ai longtemps voulu écrire. Ecrire pour me soulager, écrire pour raconter, écrire pour dénoncer; et aujourd’hui mon vœu se réalise.
Après avoir échangé avec Pierrette m’expliquant la vision de son blog et ce pourquoi elle l’a créée, je me suis dit que ces mots que j’avais en tête depuis fort longtemps avait enfin trouver une place pour se loger.  J’ai fait le choix de la catégorie « Miss Togo » parce que c’est avec stupeur que je constate que la jeune fille togolaise n’a aucun modèle concret, à qui s’identifier de par son histoire, son travail et son combat pour la société.
Etant moi-même à la recherche d’une figure emblématique nationale à laquelle, je pourrais m’identifier, j’ai donc fait des recherches et j’ai découvert Mme BIYEMI BRIGITTE BRYM épouse KEKEH. Ce nom ne vous évoque pas grand chose ? Rassurez-vous nous allons faire sa connaissance.
1ere femme magistrat du Togo, Biyémi est une togolaise qui vit le jour le 31 Mai 1931. Après des études primaires et secondaires à Lomé, elle avait pour seul lieu de distraction, le palais de justice de la capitale. Lomé ne possédant aucune structure culturelle, elle aimait s’y rendre pour aller écouter le verbe, écouter manier avec dextérité la langue de Molière. C’est ainsi qu’après des études de droit à Lyon et de Criminologie à Paris, elle fut la seule femme de la 1ere promotion de magistrats nationaux, qui ont remplacé les expatriés français qui officiaient au Palais de justice dès le lendemain de notre « indépendance » (1960-1961).
Éduquée par les vaillantes femmes de l’Ablodé (leitmotiv au cours de la longue marche vers l’indépendance du Togo), poussée par l’esprit de battante qui anima ses mamans lors de la révolte des 24-25 Janvier 1933(mobilisation des femmes suite à l’arrestation de deux leaders idéologiques pour leur libération qui sonna le début de la décolonisation), Mme KEKEH-BRYM a grandi avec cette forte conviction que la place de la femme (togolaise) pouvait être aussi à la tête des institutions encore dirigées par les colons. Elle a été par la suite nommée Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des femmes; ce qui fera d’elle la 1ere femme ministre au Togo et quelques années plus tard ambassadeur du Togo auprès de l’ONU.

Que de grands postes me diriez-vous ! Honnêtement, je n’ai pas cherché à savoir ce que Brigitte a concrètement réalisé. .

En revanche, elle m’a fait faire une recherche historique et m’a permis de constater que « la femme togolaise est la crème de la crème ». Oui crème de la crème de par ses batailles et luttes face aux colons, face à la société et que aujourd’hui l’on semble avoir Alzheimer quand il faut évoquer tout cela. Elle a été celle qui a dissimulé des tracts dans son pagne malgré l’interdiction des colons; elle a été celle qui a financé de nombreux hommes politiques et soutenue toutes actions en faveur de notre indépendance; elle s’est levée et a dénoncé les taxes accablantes qu’on lui imputait au grand marché de Lomé et j’en passe…
Ecoeurée par ce siècle où on nous sert comme modèles, des femmes qui font CARRIÈRE qu’AVEC leur corps, comme personnes à aduler (je ne citerai pas de noms…vous savez qui), je trouve malheureux que, beaucoup de jeunes filles aujourd’hui, aspirent à ce voyeurisme -je n’oublie pas le fait que chacun dispose de son corps comme il l’entend- . Je pense que, une femme a beaucoup plus offrir, à faire valoir que sa plastique. je souhaite que nous n’oublions pas le combat de nos grands mères et la force qu’elles représentaient.

(C’est là où j’ai voulu vous dire « à la prochaine chers lecteurs » mais je ne pouvais pas m’arrêter là lol).

Feminism Justice GIF by Sarah Wintner - Find & Share on GIPHY

Il m’est inconcevable de penser que malgré les années qui passent, la femme soit toujours « chosifiée » et que le fameux « sois belle et tais-toi » soit encore la devise de certaines, par peur. Oui la peur !
Peur de parler, peur de s’affirmer, peur d’oser, peur de prendre les rennes, peur de dénoncer, peur de l’avis des autres, peur d’être elle-même.
Laissez moi vous dire que pour arriver à être une femme de poigne, à cette époque, Mme KEKEH a osé; a surement bravé les railleries de ses camarades qui la toisaient lorsqu’elle allait écouter les plaidoiries au Palais de justice de Lomé (ce qui lui donna le goût du droit et décida d’en faire son métier plus tard.)
Pour citer Wil Aime (oui il fait partie de mes références et alors ?!), Mesdemoiselles ayez du cran ! Refusez que la société vous dictes qui vous devez être; refusez d’entrer dans les cases qui ne vous correspondent pas; refusez un poste que tout le monde pense top et bien payé si au fond de vous, vous savez pertinemment que vous traînerez les pieds chaque matin. Refusez qu’on vous impute tous les maux de la société; refusez qu’on vous expose comme des trophées. Soyez des véritables Dames, Miss.
Des Miss accomplies, bien dans leur choix. Des Miss remplies de conviction. Des Miss qui décident et qui assument.

Les togolaises sont des femmes vaillantes, battantes et je ne vous apprends rien. Il ne sert à rien d’aller chercher des modèles à l’autre bout de la planète(je ne juge pas) quand dans vos familles, votre entourage, votre quartier, votre ville, vous côtoyez des femmes dignes, admirées pour leur travail et non pour leur plastique. Des femmes qui, malgré la pression sociale, savent garder la tête haute. Des femmes qui ne se conforment pas aux effets de mode néfastes pour la santé. Des femmes qui gagnent leur pain (et celui de leur famille) à la sueur de leur front, grâce au jus de leur cerveau.
En vivant à l’étranger et me présentant comme togolaise, je n’ai jamais eu de retour négatif sur le Togo, et la femme togolaise en particulier. Loin de me flatter, je me suis rendue compte de l’image qu’on laissait aux étrangers était élogieuse. Cela me touche à chaque fois.

Nous aurions voulu rencontrer Mme KEKEH, mais elle nous a malheureusement quitté. Nous aurions adoré l’écouter. Nous aurions voulu apprendre plus d’elle. Et lui rendre hommage de son vivant.

A celles qui sont toujours avec nous, célébrons les avant qu’elles ne partent. Vous avez la possibilité d’indiquer les femmes que vous souhaitez mettre en lumière, célèbres ou pas. Nous nous chargeons du reste. Il vous suffit de cliquer là.

Rendez-vous sur Hellocoton !